Sélectionner une page

Peñarroya de Tastavins

LA MAIRIE

Elle date du XVIème siècle, bien qu’elle ait connu de nombreuses restructurations. L’ancienne prison se démarque avec trois pièces qui sont conservées en bon état et contiennent des graffitis faits par les prisonniers.

Téléchargez PDF

 

AUTEL DE LA « VIRGEN DEL CARMEN »

C’est un des sept portails qui permettait l’accès au centre-urbain quand il était fortifié. A cette fonction défensive a été ajoutée, en 1763, une fonction religieuse avec la construction de l’autel de style baroque.

Téléchargez PDF

 

EGLISE « SANTA MARÍA LA MAYOR »

Église de la Renaissance tardive, construite au XVIIIème siècle, à l’origine de l’agrandissement de la commune, substituant les églises antérieures. Il se remarque surtout deux éléments : la façade et le clocher baroque.

Téléchargez PDF

 

VESTIGES DU CHÂTEAU

Ce sont les vestiges du centre-ville originel de Peñarroya situé sur la colline de la Mola. De cette première enclave d’origine musulmane restent seulement des ruines en surface du château, de la muraille et des tours de vigilance. Cet état est dû aux changements provoqués par les guerres au fil des siècles.

 

EGLISE DE « SAN MIGUEL » – ESPACIE GOTHIQUE « LO ROSER »

La construction de cette église, connue comme « el Roser » a été décidée suite à l’espace insuffisant tant de la première église de « La Mola » que du cimetière, dut à l’augmentation de la population durant le XIVème siècle. Au XVIIIème siècle, elle tombe en désuétude lors de la construction de l’église actuelle. Récemment, l’abside a été habilitée en tant qu´espace culturel.

Téléchargez PDF

 

LA « LONJA » – LAVOIRS

Au XVIème siècle, a été construit la « lonja » (équivalent des halles en France) où se déroulait le marché et où l’on jouait au jeu de la pelote. Ici se situait aussi la boucherie, l’unique lieu où l’on pouvait vendre de la viande et tuer des animaux, ce qui était un droit seigneurial. Près d’elle, se sont construits les lavoirs dans les années 60.

Téléchargez PDF

 

SANTUAIRE DE « LA VIRGEN DE LA FUENTE »

C’est l’édifice le plus ancien (1341) qui demeure. C’est une œuvre gothique-mudéjare de laquelle ressort un toit de bois, démonstration de la grande valeur de la charpenterie mudéjare aragonaise. Il est décoré de motifs héraldiques et de visages humains. Il a été déclaré au Patrimoine Mondial de l’UNESCO avec l’ensemble de l’art mudéjar d’Aragon en 2001.

Téléchargez PDF

Share This