Sélectionner une page

Histoire

Le territoire du Matarraña est un espace qui historiquement a été un lien entre les terres intérieures et la côte Méditerranéenne. Sa proximité avec la mer, seulement 20 km en ligne droite et les communautés voisines de Catalogne et de Valence ont donné au Matarraña un caractère méditerranéen et un devoir de frontière au cours de sa longue histoire.

L’art rupestre du Levant est le premier témoignage que l’on rencontre sur le territoire, il est déclaré au Patrimoine Mondial de l´UNESCO. L’archéologue de Calaceite, Juan Cabré a découvert en 1903, dans le canyon de Calapatá à Cretas, le premier ensemble de cette manifestation picturale naturaliste à la « Roca dels Moros ». Plus proche dans le temps, les peintures de La Fenellassa, trouvées à Beceite, dont les traits s´éloignent du naturalisme pour adopter des formes de représentation schématique.

Durant les VIIème et VIème siècle av. JC se développe l’époque ibérique, elle constitue l’une des périodes de grande splendeur du territoire du Matarraña. A partir du Vème siècle av. JC, de nombreux villages se sont établis comme Els Castellans, entre Cretas et Calaceite, El Piuró del Barranc Fondo à Mazaleón, Tossal Redó à Calaceite, etc. A cet égard, le village de San Antonio de Calaceite a joué un rôle prédominent dans cette zone, jusqu’à ce que les villages soient abandonnés avec l’arrivée des romains en 218 av. JC.

L’organisation actuelle du territoire du Matarraña tient ses origines de la fin du XIIème siècle, durant la reconquête chrétienne. Elle devient définitive à partir du règne d’Alphonse II, qui en 1179 céda une bonne partie du territoire à l’Ordre Militaire de Calatrava, bien que la Peña de Aznar Lagaya (avec Fuentespalda, Valderrobres, Mazaleón, Torre del Compte et Beceite) était entre les mains de l’archevêché de Saragosse, instigateur de la construction du château et de l’église de Valderrobres.

Durant l’Epoque Moderne, l’augmentation du pouvoir municipal se concrétise par la construction d’hôtels de ville en adoptant le courant Renaissance. Durant cette période, on assiste à une spécialisation dans la production d’huile d’olive avec un nombre important d’entreprises où l’on réalisait des saisons de pressage de 8 ou 9 mois. De plus, il a fallu faire face aux effets dévastateurs de la guerre, cette zone s’est vu impliquée dans la Révolte catalane de 1640 et la Guerre de Succession de 1705. Ensuite, au XIXème siècle, avec les guerres carlistes, les Puertos de Beceite se sont consolidés comme un foyer de résistance pendant le « Trienio Liberal ».

Le début de la Guerre Civile de 1936 et l’arrivée de miliciens a entrainé l’implantation sur le territoire de nombreuses collectivités anarchistes, mouvement qui finalement a échoué. En 1938, la zone est prise par les troupes franquistes, le début d’une longue après-guerre.

Share This